Les grandes étapes d’une dératisation

La présence de rats dans un lieu déterminé et un signe de manque d’hygiène, en plus du danger que ces mammifères nuisibles représentent, ils provoquent du dégout et animent la peur de certaines personnes. Face à la présence, surtout de rats et de souris dans un foyer, il est indispensable de procéder à une dératisation en passant par des étapes essentielles afin d’en assurer l’efficacité. La présence et les conseils de professionnel ne sont pas à négliger pour lutter contre la présence des rongeurs dès le diagnostic jusqu’à la prise de mesures préventives. Avant l’intervention, il faut informer les voisins sur la présence de rongeurs dans les lieux pour que chacun puisse prendre les mesures nécessaires. Pour plus d’informations cliquez ici

1-Le diagnostic

choix DeratisationUne étape indispensable et socle de la réussite de la dératisation. Il s’agit d’un « descente sur terrain » de l’expert par une identification visuelle. Lors de la visite des locaux, le technicien évaluera l’étendue des dégâts ainsi que le degré d’infestation dans un milieu détermine afin de donner une réponse à plusieurs questions : d’où viennent et comment sortent les rongeurs, où est-ce qu’ils s’abritent …

Diagnostic du grand périmètre : le diagnostic ne se limite pas au seul périmètre du foyer mais également à tout l’environnement qui entoure les lieux si le foyer est situé proche d’un égout, d’un lac, d’une rizière ou d’un champ de culture, si le foyer est placé près d’un établissement ayant une activité dans l’alimentation ou près d’un centre de dépôt. Ces détails seront pris en compte afin d’adopter la bonne méthode de dératisation.
Détermination du type de rongeur : les rongeurs peuvent être des rats, des souris, des chauves-souris, des taupes, des mulots ou des lérots. Ce diagnostic porte également sur le nombre de rongeurs à exterminer car il peut s’agir soit d’une colonie soit d’un nombre peu important en fonction des dégâts constatés sur les lieux. Lors de cette étape, des piégeages peuvent avoir lieu pour dans le but d’avoir une idée précise sur la catégorie de rongeur.Deratisation meilleur

2- Adoption et mis en œuvre d’un plan d’action adéquat

Une fois le diagnostic achevé, les méthodes adoptées doivent convenir aux détails du diagnostic. Le choix des produits rodenticides et le mode de piégeage doivent être conformes à la catégorie de rongeur présent dans les lieux car certains rongeurs sont beaucoup plus robustes que d’autres. Les techniques adoptées peuvent être des méthodes traditionnelles ou modernes.
Techniques de dératisation traditionnelle : ce sont des méthodes qui préconisent surtout le piégeage et le bouchage sans utiliser de produits. Il s’agit d’une méthode destinée à exterminer un nombre peu important de rongeurs en installant quelques outils prévus à cet effet sur les éventuels passages des rongeurs : pièges à glu, nasse à souris, boîtes piègent, pièges à bascule … Cette méthode traditionnelle sera également adoptée en cas de présence d’enfants en bas âge dans les lieux, ceci, afin de protéger du danger de la présence de produits toxiques au sein du foyer.
Techniques de dératisation modernes par des produits ou d’appâts. Le technicien peut utiliser des produits chimiques et toxiques pour empoisonnant les rongeurs : la warfarine, la chlorophacinone ou la bromadiolone… Les produits seront mélangés avec de la nourriture et placés à divers emplacements pour attirer les rongeurs. Ce sont des rodenticides qui tuent les rongeurs dans un temps plus ou moins long en fonction de l’effet dont le produit est destiné. Cette technique doit être précédée de nettoyage car la décomposition du cadavre de rongeurs laisse une odeur désagréable. Les pièges plus modernes peuvent aussi être installés comme les blocs extrudés, les appâts céréales ou les pâtes fraiches. L’utilisation d’appâts et de produits peut être simultanée pour garantir l’efficacité de la dératisation

3-Adoptions de quelques mesures de prévention

Deratisation prix

Les lieux dératisés doivent faire l’objet de désinsectisations afin d’éliminer les puces porteur de maladie venant des rongeurs, les cadavres de rongeurs doivent être débarrassés pour éviter d’autres risques de contaminations.
À l’issue de l’intervention de l’expert, un rapport sera dressé et quelques mesures post-dératisation doivent être adoptées pour tenir les rongeurs éloignés du foyer. L’expert pourra conseiller sur ces mesures à prendre : nettoyage régulier surtout des zones enclavées de la maison, mis en place de grille anti-rongeur et bouchage de tout accès favorable à l’arrivée de rongeurs. Certaines habitudes doivent aussi être adoptées : éviter l’éparpillement de nourriture, maintenir les boîtes à poubelle couverte. La lutte contre les rongeurs est un travail à long terme qui nécessite effort et habitude au sein du foyer